jeudi 15 février 2018

Encore une Suzon... mais à manches

Voilà un patron qui n'aura pas été oublié au fond de son tiroir. Après avoir cousu deux versions estivales ici et , je me suis lancée dans une version à manches longues du chemisier Suzon de la République du chiffon.



Pour une fois, c'est le choix du tissu qui a créé le projet de couture. En effet, généralement je repère le patron et ensuite je pars en quête de tissu idéal. Mais là, c'est lors d'une virée chez Mondial Tissu à l'automne, que j'ai  eu un véritable coup de cœur pour cette sublime viscose. J'ai donc acheté le métrage suffisant pour faire un haut à manches longues sans savoir exactement lequel.




Mais finalement, je n'ai pas eu à chercher longtemps, j'avais le patron de la Suzon sans manche. Et l'idée généreuse de République du Chiffon a été de nous offrir le patron des manches sur son site.



Les manches ne présentent pas de difficulté particulière, pas de patte capucin, l'embu est raisonnable et la manche s'adapte parfaitement sur le corps du chemisier. Seul petit hic, tout à fait personnel, je n'ai pas vérifié la longueur des manches avec la longueur de mes bras. Erreur... Les manches sont un peu courtes, il manque bien 2 cm. C'est comme cela qu'on apprend, non?


Ma liste de courses :

  • Tissu léger : 240 cm par 140
  • 7 boutons : ici il s'agit de boutons à recouvrir de chez Rascol
  • Entoilage : 60 cm


La note de la couturière :

Quelle belle idée de la part de République du Chiffon de nous offrir l'opportunité de décliner son patron en version à manches. J'adore ce patron!!! 
Cette viscose est canon, je ne regrette pas mon achat coup de cœur qui a très vite trouvé le modèle qui lui conviendrait.
Et vous, vous êtes plutôt patron puis tissu ou tissu puis patron?






jeudi 1 février 2018

Blouse 100% homemade

Quelle couturière n'a pas rêvé un jour d'imaginer et de créer ses propres vêtements ?

Pour ma part, il y a longtemps que l'idée me trottait dans la tête. Je vous ai déjà présenté quelques jupes (ici et ). Mais, il n'était pas question  pour moi de m'arrêter là. J'avais envie de me lancer dans un projet plus ambitieux : la réalisation d'un haut. 
Mais pas évident d'imaginer celui-ci, de le dessiner et surtout de créer un modèle à la fois simple et joli.





Pour une première, j'ai remis la phase d'imagination à une prochaine fois et ai choisi de reproduite un top. C'est en navigant sur internet que j'ai trouvé le modèle qui me permettrait de relever le défi de mon premier haut réalisé à partir d'une page blanche.  J'ai vu ce joli top élégant et facile à porter sur le site Une souris dans mon dressing que je vous invite à aller découvrir.

Sans pince et sans bouton, il me semblait être parfait pour un premier haut. Relativement simple, il comporte néanmoins quelques points plus techniques qui me semblaient intéressant.








Pour la fantaisie, ce chemisier se termine par une petite basque à plis.



Les têtes de manches sont légèrement froncées. 



Ma première version, jaune,  avait des manches 3/4 que j'ai choisi d'allonger lors de la réalisation de la seconde réalisation, bleue pétrole.

Pour le tissu, j'ai opté une double gaze. Je n'avais jamais utilisé ce type de tissu et j'avoue que j'appréhendais un peu. Celui-ci allait-il se laisser dompter facilement? Allait-il effilocher, allait-il beaucoup bouger? 
Finalement ce tissu a été une révélation. Il ne bouge pas, ne s’effiloche pas. Il est doux à souhait, et contrairement à ce que je pensais, il est assez chaud, idéal pour une tenue d'hiver.


Ma liste de courses :
  • Double gaze en 140 cm : 1m50. La jaune a été achetée chez Tissus Reine à Paris et la bleue chez By Sophie
  • 1m de biais pour terminer le col
  • Fil assorti


La note de la couturière :

Quelle fierté de porter les vêtements que l'on a confectionnés soi-même. C'est un réel plaisir! La première version a quelques défauts que j'ai essayé de corriger sur la blouse bleue. Je pense qu'à chaque blouse il y aura des modifications. 
J'ai maintenant d'autres idées, il n'y a plus qu'à se lancer...

mercredi 10 janvier 2018

Mon mannequin rêvé


Amies couturières, ce message ne pourra pas vous laisser indifférentes.

Imaginez, un mannequin qui s'adapte à toutes les tailles, toutes les morphologies. Mais pourquoi personne n'y avait pensé avant!!!!

Heureusement une société de Valence est venue à la rescousse. Et l'idée est tellement bonne que ce mannequin est présent en ce moment au salon de l'innovation de Las Vegas.

Voyez plutôt :







Alors, convaincues? Vous aussi vous en rêvez? Maintenant vous ne regarderez plus votre mannequin en bois de la même façon.

samedi 6 janvier 2018

Quand coudre se conjugue au masculin...

Je dois avouer que c’est avec une certaine émotion que je vous présente aujourd’hui mon premier modèle pour homme.

En effet, je n’avais jamais trouvé de modèle masculin à mon goût. Ceux-ci ne sont pas nombreux même si de plus en plus de créateurs commencent à se pencher sur le sujet. Et côté tissus, pas toujours évident de trouver la bonne étoffe. Alors malgré ses demandes fréquentes, je n’avais jamais cousu aucune pièce pour mon homme. Mais il était grand temps que les choses changent.



Pour cette grande première, il fallait que je trouve un modèle qui lui plaise si je voulais être sure qu’il soit porté. J’ai donc opté pour un inconditionnel de la garde robe de mon homme : le sweat à capuche.  Il en a déjà de nombreux et ne se lasse pas de les porter.





J’ai donc choisi, une fois n’est pas coutume, un modèle de la maison Victor de mars - avril 2016, le pull à capuche Henry. Ce modèle a tous les codes du classique de la mode masculine : la poche centrale, la capuche à lacet, les manches raglan...



Pour mon sweat, j’ai choisi un molleton très doux gris de chez tissus net que j’ai associé à un bord-côte parfaitement assorti. Pour donner une touche d’originalité à mon sweat, j’ai décidé d’apposer sur  le devant du pull un transfert bleu marine de chez Super Bison.



Enfin pour pour une finition plus nette, j’ai doublé la capuche avec un jersey bleu marine. Pour cela j’ai légèrement modifié le patron en réduisant la largeur de la capuche de 2 cm, que j’ai coupée 2 fois dans le molleton et 2 fois dans le jersey. J’ai ensuite assemblé chaque pièces de tissu pour obtenir deux capuches : une grise et une bleue que j’ai ensuite reliées entre elles par une couture double à 2 cm du bord.



Ma liste de courses :
  • Molleton en 140 cm : 160 cm (XXS-M), 190 cm (L-XXL)
  • Bord-côte assorti : 30 cm
  • Lacet : 130 cm
La note de la couturière :

J’ai adoré coudre cette pièce. Le tissu est hyper doux, peu de morceaux, le sweat se monte très vite. Mais j’ai surtout aimé coudre en cachette, préparant ma surprise en imaginant la réaction  de mon homme lorsqu’il ouvrirait son paquet. J’en n’ai pas été déçue.
Coudre pour ceux qu’on aime, il n’y a rien de meilleur!

P.S : Pour une fois, c'est la couturière qui a joué les photographes, non sans peine... Mon homme a beaucoup plus de talent dans ce domaine que moi, et si vous voulez découvrir son travail, je vous invite à aller visiter son univers sur www.naturanossa.com.

mercredi 27 décembre 2017

Un noeud pap' pour le Nouvel An?

Nous sommes en plein marathon des fêtes. J'espère que vous avez tous et toutes passé un excellent Noël et profité de tout ceux que vous aimez.

Le nouvel an approche... Avez vous pensé à votre tenue?

C'est avec plaisir que je vous présente aujourd'hui un joli petit nœud pour agrémenter votre dos nu et masquer élégamment votre agrafe de soutien-gorge.




Je l'avoue, il s'agit d'une pale copie d'un nœud de commerce, voilà pourquoi je ne vous ai pas fait de tuto aujourd'hui. Mais il n'est pas très compliqué à réaliser et voilà une jolie activité pour occuper vos après midi d'hiver entre deux films de Noël.

Je vous souhaite à toutes et tous une très belle fin d'année et, avec quelques jours d'avance, une très belle année 2018, douce, zen, pleine d'amour, de bonheur... et bien sûr une montagne de projets couture.

mercredi 13 décembre 2017

Pas si rebelle que ça !

Drôle de nom pour cette petite veste Rebelle. Un petit col montant, des coutures décoratives, de jolies petites poches, je lui trouve plus un petit côté parisien que rebelle.



Je vous ai déjà parlé de mon goût pour l’utilisation des chutes de tissus. Cette fois-ci, j’ai utilisé celles de mon manteau Villette. Ce lainage se prêtait parfaitement à un petit modèle féminin. J'ai donc choisi de confectionner cette veste rebelle issue de l'exemplaire de janvier - février 2017 de la Maison Victor.



Ce manteau se fermant avec des boutons pressions, je n’étais pas très emballée par l’effet qu’allaient donner des pressions argentées une fois le manteau ouvert. Mais lorsque j’ai découvert qu’il était possible de recouvrir ce type de boutons, j’ai tout de suite sauté sur l’occasion.




Ce n’est pas très compliqué, et le rendu est canon. Et comme c’est bientôt Noël, je vous propose une petite vidéo en guise de tuto.

Il vous faut :


  • Un bouton pression
  • Un morceau de tissu
  • Du fil assorti
  • Une aiguille
  • Une paire de ciseaux 
1.   A l’aide de l’aiguille, écarter les fibres du tissu afin d’y former un trou. Attention à ne pas couper les fibres!

2.   Passer le bouton par le trou précédemment formé.


3.   Avec le fil et l’aiguille, faire quelques points tout autour du bouton


4.   Tirer sur le fil pour voir le tissu se resserrer sur le bouton et ainsi le recouvrir


5.   Faire quelques points arrière afin de bien arrêter la couture et fixer le tissu. Ne pas couper le fil restant, il nous servira pour coutre la pression au vêtement.


6.   Couper l’excédent de tissu au plus près de la couture. Vous pouvez donner un petit coup de fer pour aplatir le surplus de tissu.



7.   Coudre la pression au vêtement en faisant 4 passages dans chaque point de fixation. Voilà la première partie du bouton est faite.



8.   Pour recouvrir la deuxième partie du bouton, on va procéder comme au point 1. A l’aide de l’aiguille, écarter les fibres du tissu afin d’y former un trou. Passer le bouton par le trou précédemment formé.


9.   Clipper la deuxième partie du bouton.


10.   Avec le fil et l’aiguille, faire quelques points tout autour du bouton. Tirer sur le fil pour voir le tissu se resserrer sur le bouton et ainsi le recouvrir


11.   Faire quelques points arrière afin de bien arrêter la couture et fixer le tissu. Ne pas couper le fil restant, il nous servira pour coutre la pression au vêtement.


12.   Couper l’excédent de tissu au plus près de la couture et donner un petit coup de fer pour aplatir le surplus de tissu.



12.   Coudre la pression au vêtement en faisant 4 passages dans chaque point de fixation. Voilà la deuxième  partie du bouton est faite.


Alors, qu’en pensez vous? Simple, non?

Ma liste des courses :
  • Lainage en 140 cm : 85 cm (2 à 8 ans), 110 cm (9 à 12 ans)
  • Doublure en 140 cm : 55 cm (2 à 8 ans), 85 cm (9 à 12 ans)
  • Doublure thermocollant : 55 cm
  • 4 à 6 boutons pressions
  • Fil assorti

La note de la couturière :

J’aime beaucoup ce petit modèle hyper sympa à coudre. Aux dires de sa maman, le petit mannequin l’a immédiatement adopté. Et quand en plus, un nouveau modèle vous permet aussi d’apprendre de nouveaux points techniques, le contrat est plus que rempli.
La veste rebelle existe en taille adulte, il se pourrait bien que moi aussi je joue les rebelles prochainement. À suivre....


lundi 6 novembre 2017

Un trendy châle douillet à souhait

J'ai réalisé ce trendy châle il y a maintenant quelques années.  À chaque début d'hiver, c'est avec beaucoup de plaisir que je ressors ce châle tout doux. Je m'enveloppe dedans et je suis parée pour affronter les premiers frimas.



À l'époque, je n'avais pas pensé en faire un article mais face à son succès et au nombre de fois où on m'a demandé les explications, je me lance.

Pas besoin d'être une experte des aiguilles pour vous lancer. Il suffit de maîtriser le point mousse et les augmentations. On commence par tricoter 3 mailles et on s'arrête quand on n'a plus de laine. Quoi de plus simple.




Version sans bordure :
  • Monter 3 mailles
  • Rang 1 : tricotez ces trois mailles
  • Rang 2 : il va falloir faire 2 augmentations sur le rang. Vous avez 3 mailles, tricotez la première, faites une augmentation, tricotez la seconde maille, faites à nouveau une augmentation, puis tricotez votre dernière maille. Vous avez 5 mailles!
  • Rang 3 : tricotez vos 5 mailles au point mousse (sans augmentation)
  • Rang 4 : il va à nouveau falloir faire 2 augmentations sur le rang, après la première maille, et avant la dernière. Vous aurez au final 7 mailles
  • Rang 5 : tricotez vos 7 mailles au moint mousse (sans augmentation)
  • Rang 6 : à nouveau 2 augmentations,
  • etc… jusqu’à ce que vous n’ayez plus de laine!
Pour une bordure plus fantaisie, j'ai choisi de faire un jeté à chaque rang. Ce jeté me permet de faire mes augmentations tout en créant une fantaisie en début de rang. Pour cela, il suffit de procéder de la façon suivante :

Version avec bordure fantaisie :
  • Montez 3 mailles
  • Rang 1 : tricotez ces 3 mailles
  • Rang 2 : tricotez 1 maille, puis faites un jeté.  Pour cela, ramenez votre fil sur le devant du tricot, passez le que le dessus de votre aiguille droite avant de tricoter la maille suivante. Vous aurez ainsi créé une maille supplémentaire. Tricotez les 2 mailles restantes. Vous avez 4 mailles.
  • Rang 3 : tricotez 2 mailles, faites un jeté, tricotez les 2 mailles restantes. Le jeté réalisé au rang précédent compte pour une maille et est donc tricoté. Vous obtenez 5 mailles.
  • Rang 4 : tricotez 3 mailles, faites un jeté, tricotez les 2 mailles restantes. Vous obtenez 6 mailles.
  • Rang 5 : tricotez 4 mailles, faites un jeté, tricotez les 2 mailles restantes. Vous obtenez 7 mailles.
  • Rang 6 : tricotez 5 mailles, faites un jeté, tricotez les 2 mailles restantes. Vous obtenez 7 mailles.
  • etc... jusqu'à ce que vous n'ayez plus de laine!
Pour arrêter votre tricot, rabattez les mailles souplement.

Pour donner les dimensions souhaitées, vous pouvez choisir de bloquer votre tricot. Je ne l'ai pas fait sur le mien, mais je pense essayer pour une prochaine version. Pour cela, trempez le Trendy fini (fils rentrés) dans un bain d’eau tiède sans lessive, essorez-le doucement, puis retirez l’exédent d’humidité en l’enroulant délicatement dans une serviette éponge, enfin, étalez le sur une autre serviette, elle-même posée sur un support épais et mou (tapis, moquette, dos de canapé…) de façon à y planter des épingles, tous les 3-4 cms en l’étirant légèrement. Vous n'avez plus qu'à patienter quelques jours le temps que votre trendy soit sec.


Ma liste de courses :


Je pense que je vous ai tout dit. Sans excès d'optimisme, je pense que vous adorerez réaliser votre trendy et que vous ne vous lasserez pas de le porter. Alors foncez et faites vous plaisir!